05 59 71 45 29

Comment repérer et distinguer une déficience sensorielle d’un trouble du comportement chez les personnes âgées ? Peut-on véritablement les dissocier ? L’une ne peut-elle pas être la conséquence de l’autre ? Y a-t-il des situations pouvant nous alerter sur une possible déficience sensorielle ?

L’observation, premier outil de repérage du soignant d’une déficience sensorielle

Observation dans les actes de la vie quotidienne, au moment du repas par exemple

L’attitude et le comportement à table peuvent nous alerter sur une possible déficience sensorielle. Voici l’exemple d’un résident mangeant dans l’assiette du voisin en face de lui. Son attitude est assimilée à un trouble du comportement. Cette attitude ne cache-t-elle pas tout simplement une déficience visuelle ? Le résident voit-il bien l’assiette qui lui est destinée devant lui ? Et, d’ailleurs, lui a-t-on simplement posé la question ?

Du repérage à l’accompagnement adéquat par les professionnels

Une fois la déficience sensorielle repérée, l’accompagnement par les proches et les professionnels doit être en réelle adéquation.

Prenons l’exemple de la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge, déficience visuelle). Elle peut se traduire par une perte progressive de la vision centrale et notamment l’apparition d’une tache au centre de la vision. Dans ce cas précis, il apparaît judicieux pour tout accompagnant d’engager une conversation en se plaçant sur le côté et non face à la personne.

Les exercices concrets et pratiques proposés par les intervenants de Mediconseil dans la formation « Perte d’autonomie – simuler le vieillissement » permettent de retracer et balayer les possibles repérages de ces déficiences, mais également de trouver le meilleur accompagnement pour les déficiences sensorielles repérées.

Découvrir la formation

Share This